• J'ai découvert la randonnée pédestre en 2007. Depuis lors je cherche de nouveaux endroits au Québec. L’information abonde pour ce qui est du nord-est américain mais il y en a très peu sur le Québec d’où l’idée de ce blog.
    J’ose espérer, et ce sans prétention, que vous trouverez ici l’information nécessaire à vos futures randonnées.
    Bonne randos à toutes et tous.

    D’où viens le nom de "Mononcle".

    En 2009 j’allais souvent randonner avec un de mes neveux. Comme une chèvre de montagne, il courrait devant moi sur les sentiers. Régulièrement il se tournait vers moi en me demandant ; "Ça va Mononcle?"

    Et voila.

    Salut Ti-Cul

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 270 autres abonnés

Semaine de randos dans Charlevoix du 24 au 29 juillet 2011

Date: 24 au 29 juillet 2011

Endroit: Charlevoix

C’est sous une température confortable que nous prenons la route samedi matin en direction de St-Aimé-des-lacs. Suite à un retard de deux heures, du à une crevaison dans le coin de Donnacona, nous arrivons à bon port pour l’heure du soupé. C’est au bord du lac Boudreault, au pied des Morios, que nous avons établi notre campement pour les deux premières nuits. La nuit a été assez mouvementée du à de fort vents qui brassaient la tente. Suite à un petit déjeuné, nous nous préparons pour la première rando, Les Morios.

Jour 1

Lucie avait très hâte de faire cette rando que je n’arrêtais pas de lui vanter. L’ayant faite l’an passé, j’avais très hâte moi-même d’y retourner. Le mont des Morios, anciennement Le Gros Mont, est ma préférée dans Charlevoix. Le sommet, à 940 mètres, est un immense cap rocheux qui offre des vues à couper le souffle. Par beau temps on y voit de l’Acropole des Draveurs jusqu’au fleuve sur 360o. Une rando de 11 kilomètres avec 823 mètres de dénivelé, de quoi satisfaire les plus exigeants. Les deux premiers kilomètres sont relativement plats. Ensuite viens une montée de 3 kilomètres assez constante et ardue. Au sommet on y marche environ 3 kilomètres en allé retour sur un immense point de vue que vous ne voudrez pas quitter. La descente par l’Expert porte bien son nom, d’ailleurs je ne la recommanderais pas à une personne seule ou à des novices en rando. 525 mètres de descente sur moins de 1.5 kilomètre dans un sentier très sauvage, voir même fermé par endroit, en font une descente très difficile. Les bâtons sont indispensables pour cette dernière. À plusieurs endroits vous trouverez des points d’eau ou vous pourrez vous ravitailler à l’aide d’un filtre si vous manquez d’eau.

Voir les photos

Trouvez l’endroit ici.

Jour 2

Suite à un bon bain dans le lac Boudreau, un bon soupé bien arrosé et une bonne nuit de sommeil, nous démontons le campement pour se diriger vers la ZEC des Martres au nord du Parc National des Grands-Jardins. Le camping dans la ZEC n’est pas dispendieux et pour cause. À l’entré vous devrez payer $9.25 de droit d’accès pour la duré de votre séjour plus $14.00 par nuit pour le camping. À l’accueil on me dit que je peux camper n’ importe où tant que je ne gêne ni les chalets ni les débarcadères pour bateau. Le problème est qu’il n’y a pas d’endroit le long du lac de l’écluse pour monter notre tente. Nous avons réussi à trouver un emplacement sur le barrage à 50 pieds de notre véhicule. Un autre, endroit se trouvant à l’extrémité du stationnement pouvant recevoir 4 tentes était pris. Donc, assez dispendieux pour le peu de service disponible sur place, voir aucun.

Avant de monter la tente nous avons décidé d’aller faire le sentier des sommets. Un sentier plutôt vallonneux offrant quelques points de vue, que nous n’avions pas le temps d’aller voir, nous amène au lac Favre. Ici, cherchant notre chemin, nous avons pris, sans le savoir, un sentier projeté. Ce dernier, pas nettoyé du tout, nous amène à un chalet de chasseur au bord du lac Prime. En approchant du dit chalet nous entendions des voix. Il s’agissait de pêcheurs qui ont eu la peur de leur vie en nous entendant arriver, ils croyaient qu’un ours s’approchait d’eux. En plus de 20 ans nous étions les premiers randonneurs qu’ils voyaient à cet endroit. Suite à une petite pause, nous sommes revenus vers le lac Favre pour trouver notre chemin vers le campement. Le retour à été assez difficile. Les forts vents des semaines précédentes avaient couché plusieurs arbres dans le sentier. Malgré tout, nous avons bien aimé ce sentier de 7.5 kilomètres et 407 mètres de dénivelé appartenant à La traversé de Charlevoix tout comme celui des monts Du Lac à l’Empêche et Du Four.

Voir les photos

Jour 3

Mardi, la bruine et la pluie n’ont pas cessées de la journée. Lucie ayant été piquée atrocement dans le dos au lac Boudreau, nous avons décidé d’aller à Baie St-Paul pour trouver une pharmacie qui aurait un produit pour la soulager de ses démangeaisons. Au retour nous nous sommes arrêtés au bureau de La traversé de Charlevoix ou nous avons rencontré des gens super sympathiques. J’y ai acheté la carte des sentiers et j’y ai appris que la ZEC ne donnait aucun montant d’argent sur $9.25 perçu à l’entrée. Ils ne vivent donc que des dons ($4.00 volontaire au début du sentier) pour vivre. C’est même eux qui déneigent le stationnement de la ZEC l’hiver.

En revenant nous sommes allés prendre une bonne douche au camping Pied-des-monts, un $0.50 bien investi. Revenus au camping, la pluie tombant toujours, nous avons décidé de redescendre au village pour souper.

Voir les photos

Jour 4

Comme si le soleil nous boudait, j’ai décidé aujourd’hui d’amener Lucie au Mont du Lac des Cygnes. Ce mont peut être fait en allé retour mais pour ma part je préfère le faire en boucle par le Pioui. 775 mètres de dénivelé sur 11.7 kilomètres nous amènent sur un plateau dénudé par une monté constante de 4 kilomètres. Au lac Pioui, au premier tiers, se trouve un gazébo ou vous pourrez prendre une collation à l’abri des insectes. Le décor était majestueux au sommet avec les nuages qui nous entouraient. Pour l’avoir déjà gravit, je le voyais d’un autre œil. À la fin du plateau, l’enfer, plus d’un kilomètre de trottoir de bois et d’escaliers pour arriver au mont du lac des Cygnes. Même la monté de ce dernier est en escalier. Ce sentier a été super aménagé pour faciliter l’ascension au plus grand nombre de personnes. À tel point qu’un homme, pas du tout en forme, est décédé au sommet. Les pompiers ont eu tout le mal du monde à le redescendre. Je ne suis pas certain que ce soit une bonne chose de trop faciliter l’accession à ces sommets. Mais bon, c’est un autre sujet. En chemin nous avons fait connaissance avec une famille super sympathique. Les parents avaient fait 800 kilomètres sur le chemin de Compostelle et ils entrainaient leurs jeunes enfants en prévisions d’aller faire la fin de ce mythique chemin. Ils m’ont même fait découvrir un petit fruit que j’ai adoré, l’amélanchier connue aussi sous le nom de petite poire. Nous avions prévu voir le nouveau sentier, La Chouenne, mais comme il était déjà assez tard nous avons décidé que ce serait pour une autre fois et nous nous sommes dirigés vers le stationnement pour la p’tite frette avant de retourner au camping. Une fois rendu à la tente, un bon bain dans la rivière suivi du soupé et d’un feu de camp avant d’aller dormir.

Voir les photos

Trouvez l’endroit ici.

Jour 5

Comme pour Les Morios, c’est sous un soleil de plomb que j’ai fais découvrir à Lucie les monts Du Lac à l’Empêche et Du Four. Le sentier n’étant qu’à quelques mètres de notre campement nous sommes partis lentement à 9:00. Un sentier en dents de scie, puisqu’on y fait quelques sommets, nous amène à 940 mètres sur les deux premiers kilomètres. Encore ici, les sommets nous offrent des vues à 360o sur tous les alentours. Au sommet du mont Du Lac à l’Empêche nous avons fait connaissance avec un randonneur de la région de Québec avec qui nous avons marché jusqu’au raccourci ou il est redescendu pour aller faire d’autres sentiers. Lucie et moi avons donc continué notre chemin vers Du Four. Du haut de ces 980 mètres, on y voit le lac des Cygnes et son mont et toute la vallée de Charlevoix de Baie St-Paul à La Malbaie. Suite à la pause dinée, nous sommes repartis vers le campement. Dans la deuxième descente on y voit les débris d’un avion qui s’y est écrasé. Au dernier point de vue, à moins de deux kilomètres de la fin, nous avons fait la rencontre de trois demoiselles. En jasant, nous nous sommes apperçu qu’elle connaissait déjà mon site. À moins d’un kilomètre de la fin, Lucie et moi avons manqué d’eau. À ce sujet, vous verrez sur mes nouveaux tracés que j’y indique maintenant des endroits ou, avec un filtre, vous pourrez faire le plein d’eau.

Voir les photos

Jour 6

Comme toute bonne chose a une fin, ce matin nous levons le camp. Nous nous remplissons les yeux une dernière fois de ce paysage avant de partir pour Québec ou nous passerons le weekend en famille.

En résumé

Une merveilleuse semaine sur des sentiers méconnus, mis à part Le Lac Des Cygnes, ou les paysages sont plus merveilleux les uns que les autres. Encore une fois la preuve qu’il n’est pas nécessaire de s’exiler pour se dépayser. Le Québec a tant à nous offrir, suffit juste de découvrir ces endroits.

Bonne rando

Mononcle.

Voir les cartes des sentiers

Tracés GPS pour Garmin

Tracés GPS pour autres marques

Publicités

6 Réponses

  1. C’est ridicule, la randonnée pédestre au Québec est rendue une business de petits mafieux. Malheureusement, de plus en plus de gens vont faire de la rando aux États-Unis, où la politique de gestion du territoire est beaucoup plus respectueuse du droit des citoyens à circuler sur LEUR territoire.

    • Exactement, j’arrive toute juste d’Europe et là-bas c’est encore plus ouvert comme territoire. Peut-être, qu’avec le temps, la mentalité changera ici aussi.Comme l’ont dit Jean Lesage et René Lévesque: Le Québec aux Québécois.

  2. C’est la première fois que je vois quelqu’un proférer une menace de poursuite pour la diffusion des cartes de randonnée. On trouve pleines de cartes partout sur la toile maintenant.

    Est-ce que la randonnée est devenue un « business »? Normalement on consulte des cartes en-ligne puis si cela nous aide à choisir un endroit de rando on les achète si on ne les a pas déjà.

    Faudrait peut-être que M. Breton invisage de poursuivre Wikiloc, Google Earth, Mapsource etc.

  3. Suite à la « demande » oppressante de Jacques Breton, j’ai du retirer de mon blog toutes cartes et liens concernant La Traversée de Charlevoix.

  4. Vous n’avez pas le droit de publier des cartes qui ne vous appartiennent pas ! Par exemple celles de La Traversée de Charlevoix. ! C’est du plagiat éhonté. Veuillez les retirer immédiatement sous peine de poursuites judiciaires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :