• J'ai découvert la randonnée pédestre en 2007. Depuis lors je cherche de nouveaux endroits au Québec. L’information abonde pour ce qui est du nord-est américain mais il y en a très peu sur le Québec d’où l’idée de ce blog.
    J’ose espérer, et ce sans prétention, que vous trouverez ici l’information nécessaire à vos futures randonnées.
    Bonne randos à toutes et tous.

    D’où viens le nom de "Mononcle".

    En 2009 j’allais souvent randonner avec un de mes neveux. Comme une chèvre de montagne, il courrait devant moi sur les sentiers. Régulièrement il se tournait vers moi en me demandant ; "Ça va Mononcle?"

    Et voila.

    Salut Ti-Cul

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 273 autres abonnés

Canot-camping sur La Diable

Date: 13, 14 & 15 juillet 2012

Endroit: Parc National du Mont-Tremblant

Un ami nous avait invité, avec son groupe de canoteurs, à la descente de La Diable en canot-camping sur deux jours. Ayant déjà canoté avec lui, nous avions confiance que cette sortie serait extraordinaire. Comble de malheurs, il s’est blessé à un genou et n’a donc pas pu venir avec nous. Nous sommes donc parti à la rencontre de son groupe.

Jour 1

Le rendez-vous était au centre de service du Lac Monroe à 20:00 pour la navette qui devait nous amener à notre premier camping, Le Lac aux Herbes. Celui-ci marque le départ de cette descente de 25 kilomètres. Comme nous avions, Lulu et moi, pris congé, nous sommes monté à 13:00 porter tout notre matériel, profiter de la journée et souper. Vers 18:00 nous sommes redescendu rejoindre le groupe pour revenir avec eux en autobus. 21:30 nous arrivons avec le groupe au camping. Armés de leurs lampes frontale, ils ont monté leurs tentes avant de terminer la soirée avec une p’tite frette mais sans feu. Étant donné le temps chaud qui s’abat sur le Québec, nous avons été frappé d’une interdiction de feu.

Jour 2

Après un bon petit déjeuné nous avons démonté nos tentes et chargé nos canots pour la première partie de notre descente. Notre but était le camping Le Beaulieu que nous avions réservé et qui représentait la moitié du trajet. À 9:30 c’est le départ. Le niveau de l’eau est tellement bas qu’il atteint un seuil historique. Tout les rapides seront donc franchis à pied. Au bout du Lac Montcourt se trouve un camping, Au Fil de l’Eau, ou nous avons pris la pause du diné. Une belle plage nous attendait ou nous en avons profité pour se rafraichir.

Le premier canot ayant manqué notre site de camping, Stéphane a suggéré de se rendre au Pont Brulé. Il connaissait l’endroit et savait que nous aurions amplement d’espace pour camper même si les sites étaient tous pris. Arrivé sur place, quatre des campeurs ont littéralement refusé de nous dépanner. Ils étaient persuadés qu’ils avaient loué, non seulement un espace de camping, tout le site. Afin d’éviter une escalade, qui aurait pu très mal tournée, nous avons traversé la route du parc pour aller camper dans le stationnement. Malgré une interdiction de camper, nous étions persuadés que le gardien serait plus accommodant que les « individus » qui étaient l’autre coté. Une fois installés nous avons effectivement eu droit à la visite du gardien. Après lui avoir expliqué la situation, il a appelé son superviseur qui nous a gentiment autorisé à camper à cet endroit. J’ai malheureusement oublié le nom de ce gardien mais, s’il se reconnaît, nous le remercions encore pour son amabilité. Suite au soupé, nous avons, encore, pris la p’tite frette toujours sans feu. Le soleil nous ayant tapé toute la journée, nous nous sommes couché assez tôt.

Jour 3

Comme il ne restait que neuf kilomètres à parcourir, nous avons décidé de prendre ça un peu relaxe aujourd’hui. Pour se rendre au Lac Escalier nous descendons un méandre de 3.5 kilomètres. Nous nous sommes rendu au site de camping L’Estacade ou une autre belle plage nous attendait. Lulu et moi la connaissions pour y être allé en Mai mais elle était inconnue du reste du groupe qui l’ont énormément appréciée. Après une longue pause de plus d’une heure, nous avons traversé le lac vers le barrage ou un portage nous attendait. Peu de temps après le portage, nous avons du marcher un long rapide de 350 mètres. Même s’il n’y avait pas assez d’eau pour le canoter, le courant rendait la marche ardue et périlleuse. La descente s’est donc terminée à 14:30 au Lac Laplante. Comme mon camion nous y attendait, j’ai pu tout embarquer mon matériel le temps que nos amis attendaient la navette prévue pour 16:00. Finalement, comme la navette de 15:00 avait suffisamment de place, ils ont tous pu y monter pour arriver au Lac Monroe une heure plus tôt.

En résumé

Nous avons adoré notre weekend. Nous avons très hâte à la prochaine sortie. Cette dernière nous a confirmé que nous avions tout le matériel nécessaire et que nous aimions vraiment le canot-camping.

Merci à toutes et à tous pour ce merveilleux weekend.

Bonnes randos

Mononcle.

 

Tous les hommes pensent que le bonheur réside au sommet de la montagne alors qu’il se trouve dans la façon de la gravir! (Confucius)

 

Voir les photos

Voir la carte.

Tracé GPS pour Garmin

 

2012-07-08 L’Élévache

Date: 8 juillet 2012

Endroit: Lac Supérieur

Aujourd’hui nous retrouvions une bande de copains pour une petite rando baptisée « L’Élévache » puisque nous allions relier les monts Éléphant et La Vache Noire.

Nous avions rendez-vous à 10:00 au stationnement de l’accueil La Diable du parc de Tremblant ou nous laissions des véhicules pour le retour en fin de rando. Par la suite nous nous sommes dirigés vers le stationnement du Mont Éléphant ou nous avons commencé la rando. Nous devions contourner Éléphant pour rejoindre le sentier qui mène à la coulée de Nixon. Comme les plans sont fait pour être changés, nous avons décidé de monter Éléphant. Le sentier du raccourcie nous mène directement au point de vue du sommet. Qui dit directement dit aussi une montée assez raide et soutenue. La descente du sommet est aussi assez raide. Rendu au premier intersection, nous avons pu constater que les indications étaient erronées. À tel point qu’un randonneuse a du nous demander par ou aller pour revenir au stationnement. Le sentier vers Nixon est en fait un sentier de ski de fond. Il traverse un marécage que nous avons du contourner. Avec l’aide du GPS nous avons retrouvé notre sentier sans trop de perte de temps mais avec une section hors piste assez éprouvante. Dans la coulée de Nixon nous avons bifurqué vers un point de vu ou nous avons pris la pause diné sur un cap rocheux qui nous donnait de belles vues sur les montagnes avoisinantes.

La section d’après-midi a été un plus costaude. Bizarrement la trace du sentier n’était plus visible sur mon GPS et celui de Denis refusait de se connecter sur les GPS. Par contre, comme j’avais le point d’arrivée de visible, nous avons donc terminé notre rando en hors-piste. Plus nous approchions de La Vache Noire, plus les descentes étaient abruptes. Pour les contourner nous devions traverser des sections de sapinage assez dense. C’est finalement à 16:40 que nous avons rejoint la route au grand bonheur de Julie et de tous.

Comme à l’habitude, nous avons pris la p’tite frette sur la plage et nous avons bien rigolé de notre journée.

Bonnes randos

Mononcle.

Tous les hommes pensent que le bonheur réside au sommet de la montagne alors qu’il se trouve dans la façon de la gravir! (Confucius)

Voir les photos

Les bayous de Berthier et La Bayonne

Lulu et moi avons découvert un beau circuit cyclable, les îles de Berthierville et les berges de la rivière Bayonne.

Comme ce circuit est principalement à travers champs, je vous conseillerais de le faire par temps calme et non venteux.

Voir le tracé.

Baptême de canot-camping

Date: 30 Juin, 1er & 2 Juillet

Endroit: Réserve Faunique Papineau-Labelle

Ce weekend un ami nous avait invité pour notre baptême de canot-camping. Le lac qu’il avait choisi était le Lac des Sept Frères. Un lac de 7 km de long ou nous retrouvons plusieurs sites de camping et quelques voies de portage vers d’autres lacs. C’est surement un des meilleurs endroits pour une initiation à cette activité.

Jour 1

Nous partons de Ste-Adèle à 8:00 pour rejoindre Serge et Guy à 10:30 au stationnement du lac. 11:20 le canot est chargé et nous partons pour canoter les 6 km qui nous séparent de notre campement. 12:45 nous arrivons à notre site de camping et nous montons notre tente et la laissons ouvert pour la faire aérer un peu.

À 15:30 nous décidons d’aller explorer la pointe nord du lac ou un petit portage nous attendait le lendemain. Une fois sur la plage, nous prenons une pause lorsque soudain, un orage nous tombe sur la tête. Oui, la tente était ouverte. Par chance, nos voisin, étant arrivés avant nous, on remarqué la chose et l’on vite refermé pour limiter les dégâts. 18:00 nous sommes de retour au campement pour le soupé et une courte soirée près du feu de camps avec nos voisins. Deux familles, une de trois personnes l’autre de cinq, étaient installées à notre arrivée. Des gens très sympathiques, sauf un, avec qui nous avons jasé une partie du weekend.

Jour 2

N’étant pas pressés et voulant profiter du camping, nous partons à 11:45 vers un portage qui devait nous mener vers le lac Diamond. Comme le sentier était trop rude, nous sommes reparti vers le nord du lac pour le portage vers le lac Fabre. Un petit sentier de 180 mètres nous amène sur ce lac. Une fois traversé, nous nous sommes dirigé vers l’île ou un site de camping nous attendait pour diner. À l’approche du site, Serge avait remarqué une grosse couleuvre qui se prélassait au soleil. Une fois à terre, je parti pour la prendre en photo. Une fois rendu, surprise, un dizaine de couleuvres se prélassaient sur le cap rocheux. Suite à une pause diné, à bonne distance des habitants de l’île, nous aller explorer le reste du lac. À 16:00 nous sommes de retour au lieu du portage ou une idée de fou m’a traversé l’esprit. Juste à coté du sentier j’avais remarqué un petit ruisseau avec un barrage de castor. Je me suis dit que l’eau devrait être assez haute pour descendre et, ensuite, passer le canot par-dessus le barrage. Lucie et Guy préférant revenir par le sentier, Serge s’est laissé tenté par mon plan. Nous avons donc franchi quatre barrages sur 180 mètres pour atteindre le grand lac. Comme il était encore tôt et que nous voulions laisser un peu de tranquillité à nos voisins, nous avons pris une bonne pause et une p’tite frette sur la plage. C’est donc à 18:20 que nous sommes revenu au camping.

Jours 3

Comme toute bonne chose a une fin nous avons, suite à un bon déjeuné, démonté notre campement et rechargé les canots pour le chemin du retour. C’est donc à 11:30 que nous repartons pour le stationnement ou nous avions laissé les auto deux jours plus tôt. Comme j’avais marqué sur mon GPS les campings de la rive ouest le premier jour, je voulais bien marqué ceux de la rive est en revenant. Malgré un vent assez fort, Lulu a accepté mon p’tit caprice et j’ai pu tout marquer les camping et débuts de portage du lac. Les deux derniers kilomètres ont été assez difficiles. Le vent, de face, était très fort. Nous étions bien content d’être parti plus tôt. C’est donc à 13:00 que nous avons mis pied à terre pour terminer ce magnifique weekend.

En résumé

Nous n’aurions pu espérer meilleur weekend pour notre baptême de canot-camping. Tout le matériels étaient au point, la température idéale et les compagnon géniaux. Un gros merci à Serge pour les judicieux conseils qui ont fait de ce weekend un franc succès.

 

Bonnes randos

Mononcle.

 

Tous les hommes pensent que le bonheur réside au sommet de la montagne alors qu’il se trouve dans la façon de la gravir! (Confucius)

 

Voir les photos

Voir la carte

Relevé GPS pour Garmin

 

2012-05-26 & 27 Lac Monroe

Date: 26 & 27 mai 2012

Endroit: Parc National du Mont-Tremblant

Comme la température s’annonçait clémente nous avons décidé d’aller camper pour faire un weekend de canot. Notre choix c’est porté vers le lac Monroe. Nous avions réservé notre camping au Bacagnole qui, aux dires des gardiens du parc, est le mieux adapté pour le canot.

Samedi, suite à la recommandation d’un ami, nous sommes allés explorer la partie nord du lac Monroe. En remontant la rivière du Diable nous avons fourché vers la droite pour remonter jusqu’aux lacs Aux Beans et Ersa. Un courant très faible nous lissait le temps d’admirer le paysage. Lors du retour nous avons essayé de remonter la rivière du Diable. Un courant plus fort, voir eaux vives, nous empêchait de progresser. Nous sommes donc descendu du canot pour remonter à pied. Suite à trente minutes de marche à contre courant, nous avons décidé de redescendre. Nous avons fait la moitié du lac avant de nous rendre à notre site de camping. Du aux feux de forêt qui font rage en Haute-Mauricie, la SOPFEU avait décrété un interdiction de feu. Nous avons du nous rabattre sur le chasse-moustique pour souper et passer la soirée.

Dimanche matin nous nous sommes levés assez tôt. Suite au déjeuné nous avons plié la tente et mis le matériel dans le camion. Nous sommes ensuite parti canoter la partie sud du lac jusqu’au barrage. Comme il y avait moins de vent que la veille, la progression était plus facile. Vers midi le vent c’est levé. Nous avons remonté le lac part la rive Ouest ou les arbres nous protégeaient un peu du vent. Suite à une pause diné sur une petite plage à l’abris du vent, nous avons terminé le tour du lac.

La journée c’est terminée sur la plage à profiter du soleil avec la p’tite frette. Si la tendance se maintient, la saison estival en sera une plus canot que rando. À suivre…

 

Bonnes randos

Mononcle.

 

Tous les hommes pensent que le bonheur réside au sommet de la montagne alors qu’il se trouve dans la façon de la gravir! (Confucius)

 

Voir les photos

 

2012-05-06 Lac Poisson et Les Cascades

Date: 6 mai 2012

Endroit: Parc national du Mont-Tremblant

Depuis un certain temps il y avait un projet qui germait dans ma tête. Sur mes cartes, j’avais vu un ancien sentier qui longeait le Lac Poisson pour rejoindre la cascade. Par cet ancien sentier je pourrais faire un boucle au tour du lac.

10:00 ce matin Lulu et moi avions rendez-vous avec Don pour aller rechercher ce sentier. Don est un membre de mon groupe Facebook que je n’avais encore jamais rencontré.

C’est donc armés de deux GPS que nous partions du centre de service du Lac-Monroe par le sentier du Lac Poisson. Les trois premiers kilomètres sont une ascension constante. Du sommet, nous avons une belle vue sur la cascade, notre but, qui est du coté Nord du lac. À la fin du lac, dans sa décharge, il y a un pont et c’est à cet endroit que nous devions trouver le sentier. Selon nos GPS, nous devions le trouver à 3 mètres du pont. C’est donc dans un boisé très danse que nous nous sommes engagé. Le chemin, visible sur les GPS, doit dater de plusieurs années. Quelques rares traces étaient visibles mais la nature y avait repris ses droits depuis longtemps. 1.5 km plus loin, nous arrivions à notre bût. La Cascade est toujours aussi belle. C’est toujours un cadeau d’y arriver pour la pause. Suite au diné et une séance photo, nous sommes reparti par le sentier Les Cascades pour revenir au stationnement.

Finalement, ce fut une belle rando de 10 km dont une partie hors sentier.

Bonnes randos

Mononcle.

 

Tous les hommes pensent que le bonheur réside au sommet de la montagne alors qu’il se trouve dans la façon de la gravir! (Confucius)

 

Voir les photos

 

2012-04-29 Les grottes

Date: 29 Avril 2012

Endroit: St-Donat

L’hiver dernier, lors d’une visite au bureau touristique de St-Donat, on m’avait vaguement parlé de présence de grottes dans le secteur du Cap de la Fée. Suite à quelques recherches, j’ai découvert qu’un ancien sentier cheminait entre des crevasses. Ce sentier aurait été fermé par la ville suite au décès d’un enfant qui y serait tombé en 1976.

Ce matin nous partions donc à la découverte de ce sentier. Accompagné de Lulu, sa sœur Lyne et cinq autres randonneurs nous quittons le stationnement à 10:30. Le sentier traverse une érablière industrielle qui a eu pour effet de nous faire perdre le sentier. Comme j’avais mis le sommet et quelques points dans mon GPS, nous avons cheminé, hors sentier, vers le sommet ou nous nous sommes arrêtés pour diner. Les quelques brides de renseignement que j’avais pu soutirer de la préposée du bureau touristique m’amenait au point de vue du Cap de la Fée. De la, nous partions vers l’inconnu. À moins de 150 mètres du sommet, nous avons vu notre première crevasse. Une espèce de grade faille qui semble couper la montagne en deux. Nous avons suivi l’ancien sentier pour le perdre un peu plus loin. D’ici nous avons donc suivi cette faille qui variait tout le long en profondeur et en largeur. Tout en explorant chaque recoins, nous avons pu avoir la confirmation que le décès du jeune homme n’était pas une légende. Une croix a été planté dans la roche à l’endroit de l’accident. Des gens y ont aussi accroché un chapelet. Suite à une courte pause, prise de photo, nous avons continué notre chemin par la faille jusqu’à l’érablière, au pied de la montagne. Sur mon GPS je pouvais voir le chemin que nous avions emprunté le matin mais nous avons décidé, pour étirer le plaisir, de continuer notre chemin hors piste. En suivant le pied de la montagne, nous passions à travers des champs de grosses roches formant, à certains endroits, de petites grottes. La rando c’est terminée, par l’érablière, à 15:20. Suite à la traditionnelle p’tite frette, nous sommes repartis bien heureux de notre journée et de notre découverte.

P.S. Afin de ne pas encourager les gens à aller s’aventurer à cet endroit, je ne partagerai ni carte ni tracé GPS. L’endroit n’est de tout évidence pas sécuritaire et je ne voudrais pas y envoyer des gens.

 

Bonnes randos

Mononcle.

Tous les hommes pensent que le bonheur réside au sommet de la montagne alors qu’il se trouve dans la façon de la gravir! (Confucius)

Voir les photos

 

2012-04-14 Le Centenaire

Date: 14 Avril 2012

Endroit: Parc National du Mont-Tremblant

Ce matin nous partions, Lulu et moi, rejoindre des amis que nous n’avions pas vu depuis un certain temps. Pat, un organisateur d’activités sur un site internet, m’avais invité à me joindre à eux pour faire le sentier Le Centenaire, une rando un peu costaude que nous aimons bien.

Nous avions rendez-vous à 9:30 à l’accueil La Diable pour un départ à 10:00. Cette rando commence par une montée assez longue et abrupte pour se terminer par 3 kilomètres de marche sur la route. Nous avons donc décidé d’aller se stationner immédiatement au camping de La Sablonnière, à la fin du sentier, et faire la route en premier comme réchauffement.

Rendu à l’accueil, surprise, une trentaine de randonneurs nous attendaient. Sachant que je ne suis plus fervent de gros groupe en rando, Pat était venu m’avertir. Je me doutais bien qu’ils seraient plusieurs. Ayant déjà organisé des rando sur ce site, je me rappelais de la popularité de ce genre d’organisation. Ce fut plaisant de revoir des visages connus que nous n’avions pas vu depuis un certain temps. Il fut aussi plaisant d’y rencontrer des nouveaux.

Tel que prévu, c’est sous un soleil printanier que nous partons. Le sentier était relativement sec pour cette période. Je me serais attendu à plus de boue. Comme mentionné plus haut, la montée est assez raide dès le départ ce qui a pour effet de séparer le groupe immédiatement. Comme les feuilles ne sont pas encore présente dans les arbres, nous avons droit à de belles vues tout le long de la montée. Une fois au sommet, j’amène les trois personnes que j’accompagnais voir le point de vue caché que nous seul avons été voir. Le sentier, à partir d’ici, était plus boueux. Nous commencions même à marcher dans la neige et sur plusieurs plaques de glace. J’avoue avoir apprécié mes crampons dans plusieurs petites descentes glacées.

C’est finalement avec une trentaine de minutes de retard que nous rejoignons le groupe pour diner. Courte pause, puisque les autres attendaient depuis assez longtemps, et nous repartons pour terminer par la grande boucle. Ici s’amorce la descente qui a pour effet de garder les gens plus regroupés. Pour ma part, je cherchais un ancien sentier qui devait croiser le nôtre. Ce dernier arrive du refuge La Hutte près du lac Boivin pour continuer jusqu’à La Sablonnière. Comme je ne voulais pas ébruiter la chose, Lucie et moi avons prit un peu de distance. J’ai bien hâte d’aller voir de quoi a l’air cet ancien sentier. Rendu au stationnement, nous avons retiré nos bottes pour aller rejoindre le groupe qui descendait par la route.

Fidèle à ma tradition, nous avons prit la p’tite frette au stationnement bien content de notre journée. En partant du camping, un garde-parc est venu s’assurer que nous ayons bien payé nos frais d’accès. C’est justement le même garde qui avait donné une amande, à un randonneur présent aujourd’hui, l’an passé au départ de Nixon. Peut-être ne le savez-vous pas mais l’amande est de plus de $80.00 pour éviter de payer les $5.50 pour la journée.

Bonnes randos

Mononcle.

Tous les hommes pensent que le bonheur réside au sommet de la montagne alors qu’il se trouve dans la façon de la gravir! (Confucius)

Voir les photos

Trouvez l’endroit ici.

2012-03-17 & 18 Weekend au Lac Simon (St-Donat)

Date: 17 & 18 Mars 2012

Endroit: St-Donat

Il fallait prendre le temps de décanter pour arriver à remettre mes idées dans l’ordre afin d’écrire un récit qui se tiens.

Ce weekend, avec des amis, nous allions en refuge dans un secteur que j’adore, St-Donat. Comme j’ai déjà dit dans d’autre résumés, le Club de plein-air de St-Donat fait un travaille extraordinaire. Leurs sentiers, bien balisés, ont un petit coté sauvage tout en étant sécuritaire. Sur le réseau autour de la Montagne Noire se trouvent trois merveilleux refuges. Pour notre weekend, nous avions choisi celui du Lac Simon. Après avoir été payer les frais de location du refuge ($80.00/nuit), nous avions rendez-vous au stationnement de la Montagne Noire situé à un peu plus de quatre kilomètres du refuge. Pour louer ces refuges, vous devez vous adresser au centre d’information touristique de St-Donat ou de gentilles préposées se feront un plaisir de vous renseigner.

13:00 heure, c’est un départ. Julie, Myriam, Stéphan et Jean étaient arrivés avant nous et sont déjà partis vers le refuge. Lulu et moi partons donc avec Andrée-Anne, Lyne et Denis. Pour apporter notre matériel, j’avais décidé d’essayer mon traineau, bien que pas encore fini. Les températures douces des derniers jours ont contribué à une fonte accélérée dans le sentier. Ce dernier ressemblait à un pont que nous devions suivre afin de ne pas trop défoncer malgré les raquettes. La neige, exposée au soleil, ressemblait plus à une purée de patates. Elle était collante ce qui ralentissait considérablement notre allure. À un peu plus d’un kilomètre du départ, mon traineau est tombé en bas du pont de neige dans une rigole. Comme mon matériel n’était pas arrimé, tout est tombé à l’eau. Le reste du chemin c’est relativement bien passé.

Deux heures et demi plus tard, nous arrivons finalement au refuge. Comme le soleil nous accompagnait, nous en avons profité pour prendre l’apéro à l’extérieur. Quelques consommations plus tard, nous sommes entré pour le soupé qui c’est étiré une bonne partie de la soirée. Tandis que Denis élaborait sur le « SEP », Myriam attendait Simon et Stéphan beurrait son pain.

Suite à une bonne nuit, le déjeuné c’est étiré. Comme si nous ne voulions pas repartir, nous avons pris notre temps pour tout ramasser notre matériel après avoir fait la vaisselle de la veille. Après un bon bain de soleil et le diné, il fallait bien partir. Avec les 23 degrés et le soleil, la neige était pire que la veille. À chaque arrêt, il y en a eu plusieurs, raquettes et traineau collaient sur la neige. À chaque pont, pour éviter un renversement, nous devions lever le traineau pour le traverser. Plusieurs ponts de glace cédaient sous notre poids mais un en particulier. Stéphan, voulant faire LA photo, c’est retrouvé dans l’eau jusqu’à la taille. Le soleil œuvrant, nous avons du faire quelques détours pour éviter les ruisseaux gonflés et les rigoles. C’est donc à 15:30 que nous sommes arrivés au stationnement très heureux de notre weekend.

En résumé, un weekend fertile en expérience et en fous rire. Un weekend à refaire mais avec un traineau bien préparé.

 

Bonnes randos

Mononcle.

Tous les hommes pensent que le bonheur réside au sommet de la montagne alors qu’il se trouve dans la façon de la gravir! (Confucius)

 

Voir les photos

Trouvez l’endroit ici.

Voir la carte des sentiers

 

2012-02-21 à 23 Les trois monts de Coleraine

Date: 21 au 23 février 2012

Endroit: St-Joseph-de-Coleraine

En cette semaine de vacances nous avions décidé d’aller visiter un réseau de sentiers que nous n’avions jamais visité, Les 3 monts de Coleraine. Nous sommes partis de Ste-Adèle à 9 heures mardi matin pour nous rendre à la yourte que nous avions réservée. Après avoir payé les frais, nous avons fait quelques voyages pour amener nos choses. Du stationnement il faut marcher 250 mètres pour se rendre à la yourte. Un traineau aurait été apprécié pour faire moins de voyages.

Jour 1

À 16:00, une fois installé, nous décidons d’aller faire une petite rando du coté de l’étang Dry. Au départ nous traversons un parc, Le parc à Charles, ou nous trouvons des jeux pour enfants et un joli petit chalet. Un peu plus loin s’amorce la première montée, 115 mètres sur moins d’un kilomètre nous amène à la fourche pour le sentier vers l’étang Dry. Ce sentier, tout en montées et descentes, nous amène vers un site de camping en passant par la mine Parent. À 17:20 nous étions au bout de ce sentier. Un peu avant la fin, nous y avons vu un ancien refuge qui sera brulé prochainement selon le responsable des lieux. La rando s’est donc terminée à la frontale après 6.1 kilomètres et 326 mètres de dénivelé.

Jour 2

Après avoir passé une très bonne nuit, nous sommes partis à 9 heures pour l’accueil principal d’où part le sentier pour le mont Oak. Le sommet de ce dernier est à 2.5 kilomètres de l’accueil et à 125 mètres plus haut. Le premier kilomètre est relativement plat et nous amène à très joli petit camping. La montée commence suite au camping. Une ascension continue jusqu’au sommet. Une bonne descente nous a amené vers l’intersection pour la colline Kerr. 186 mètres de dénivelé sur 1.5 kilomètre nous amène au sommet. Après une pause bien méritée, nous sommes redescendus pour nous diriger vers le refuge du lac Johnston ou nous avons diné. Un peu avant le refuge nous avons croisé la mine Woosley-Chrome et le sentier vers un camping. Pour le retour nous devions remonter une partie du mont Oak pour ensuite entamer une longue descente vers l’accueil. Une journée de 14 kilomètres en 5 heures avec 596 mètres de dénivelé.

Jour 3

Ce matin, après avoir ramené toutes nos choses à l’auto, nous somme partis à 9:30 pour notre dernière rando, le mont Caribou. Ce sentier part de la yourte sur Vimy Ridge comme pour l’étang Dry. Comme pour notre première journée, nous avons monté continuellement jusqu’au sommet. Lors de la montée, nous avons vue une autre mine, La mine Grand-père. À deux kilomètres et 195 mètres de montée se trouve un belvédère mais comme pour les deux jours précédents, nous n’avions aucune vue à cause de la brume et de la neige. Une longue descente, parsemée de points de vue, nous amène au refuge du lac Johnston ou nous avons diné. La section entre le mont Caribou et le refuge est relativement plane sauf une bonne montée avant le camping Johnston. Pour le retour, une autre bonne montée de 182 mètres nous ramène au sommet du mont Caribou pour redescendre vers la yourte pour finir la journée avec 11 kilomètres et 572 mètres de montée.

En résumé

Un très joli réseau de sentier ou je retournerai assurément en été. Un balisage très efficace et discret facilite la randonnée. Plusieurs bancs, tables et toilettes sèches sont installés tout le long des sentiers mais discrètement placés. Pour les amateurs de dénivelé, vous y serez servi puisque nous avons fait, en 31.7 kilomètres, 1536 mètres de dénivelé. J’espère que la température sera de notre coté lors de notre prochaine visite pour pouvoir profiter des nombreux points de vue.

 

Bonnes randos

Mononcle.

Tous les hommes pensent que le bonheur réside au sommet de la montagne alors qu’il se trouve dans la façon de la gravir! (Confucius)

 

Voir les photos

Voir la carte des sentiers

Tracé GPS pour Garmin

Tracé GPS pour autres marques